Gladys Fabre est historienne de l'art, commissaire d'expositions,
auteur de nombreux ouvrages qu'elle signe indifféremment
Gladys C. Fabre ou Gladys Fabre.

Formation
Elle étudie à l’Institut d'art et d'archéologie, Paris Sorbonne où, en 1965, elle obtient son Diplôme d’Etudes Supérieures d’Histoire de l’Art et d’Archéologie.
En 1966, elle est Chargée de cours dans ce même Institut et commence une thèse de doctorat en esthétique. Cette expérience lui permet de déterminer son intérêt profond pour la recherche, en particulier l'analyse de sujets inexploités par le contact direct avec les sources historiques, les artistes et les œuvres d’art.

Parcours
Jusqu’en 1996 Gladys Fabre conduit parallèlement deux carrières: celle d’Expert en art du XXe siècle auprès de la Chambre des commissaires priseurs et à la Cour d’Appel de Paris et celle d’historienne de l’art. Au cours de cette période, Gladys Fabre adhère au Syndicat de la Presse artistique française, est rapporteur pour des bourses à la création, membre de divers jury pour le Ministère de la culture. Elle est nommée aussi à la commission d’achat du Fonds Régional de l’Ile de France (1984-1985) puis à celle du Fonds National d’Art contemporain (1986-1989). De 1987 à 1989 en tant qu'historienne de l'art, elle est invitée par la biologiste Françoise Gaill à participer à un séminaire interdisciplinaire se tenant tous les mois au Collège de France. Cette confrontation des connaissances contribua grandement à élargir sa vision globale de l'art et de la vie.

Elle devient également conseillère scientifique et commissaire de plusieurs expositions internationales en France, Allemagne, Suisse, Espagne, et aux Etats Unis. Par ailleurs, elle s’intéresse très tôt à l’art Vidéo sous l’impulsion de Dany Bloch. De 1984 à 1986 elle diffuse en France les bandes éditées aux U.S.A par Electronic Art Intemix. Début 1997, elle abandonne par déontologie l’expertise pour être Chargée de mission à la conservation du Musée d’art Moderne de la Ville de Paris, poste qu’elle quitte quatre ans plus tard pour reprendre son indépendance et se consacrer exclusivement à ses propres expositions et à la rédaction de textes commandés par les artistes ou des musées.

Spécialité
Depuis le début, ses recherches portent sur la modernité et les avant-gardes, sans exclure plusieurs aspects de l’art contemporain. Elles attestent d’une préférence pour la mise au jour de thématiques culturelles et la redécouverte d’artistes, de personnalités, et de mouvements artistiques méconnus, malgré une incontestable originalité ou pour le moins une participation active à la construction d’un esprit du temps.

Essais et expositions mettent l’accent sur l’œuvre comme invention de moyens, d’un « comment faire », matériel ou immatériel. Ils tentent aussi de restituer les interactions entre le contexte socio-politique, les diverses disciplines, l’idéal esthétique, le vécu de l’artiste et l’œuvre. Cette approche lui permet de nuancer, voire dénoncer, les idées stéréotypées accolées aux «Ismes » de l’art.

-----------------------------------------------------------------

Gladys Fabre is an art historian, curator,
wrote many publications signed either as
Gladys C. Fabre or Gladys Fabre.

Education
She studied at the Paris Sorbonne within the Art and Archaeology Institute (Institut d'art et d'archéologie) where she graduated in 1965 with a higher education degree in Art history and Archaeology (Diplôme d’Etudes Supérieures d’Histoire de l’Art et d’Archéologie).
In 1966 she started giving lessons in this very institute and started a PhD thesis in aesthetics. This experience enabled her to ascertain her deep interest for research, especially the analysis of untapped subjects thanks to direct contact with historical sources, artists and works of art.

Background
Up to 1996, Gladys Fabre was simultaneously following two careers: that of 20th century Art Expert for the Auctioneers’ Chamber (Chambre des commissaires priseurs) and for the Paris Court of Appeal, and that of art historian. During this period, Gladys Fabre joined the Syndicat de la Presse artistique française (French syndicate for art press), was a rapporteur for art creation grants, member of several juries for the Ministry of Culture. She was also appointed to the Commission d’achat du Fonds Régional de l’Ile de France (Purchase Commission for the Paris region collection) (1984-1985) then to that of the Fonds National d’Art contemporain (1986-1989) (National contemporary art collection). Between 1987 and 1989, as an art historian, she was invited by the biologist Françoise Galli to participate in an interdisciplinary seminar that met on a monthly basis at the College de France. These interdisciplinary exchanges broadened her global vision of the subjects of art and life. ​

She has also been scientific consultant and curator for several international exhibitions in France, Germany, Switzerland, Spain and the United States. Besides this, she took early interest in Video art, thanks to Dany Bloch’s suggestion. From 1984 to 1986 she had circulating in France the films released in the U.S.A by Electronic Art Intemix. At the start of 1997, her code of ethics made her renounce to expertise in order to become a representative (Chargée de mission) for the conservation of the Musée d’art Moderne de la Ville de Paris (Paris Modern art Museum), position she left four years later to grab back her independence and to exclusively dedicate herself to her own exhibitions and to the writing of texts ordered by artists or museums.

Speciality
Right from the start her research was about modernity and the avant-gardes, without excluding several aspects of contemporary art. It clearly shows her preference for putting to the fore cultural themes and re-discovering artists, leading figures, and little known artistic movements, despite some indisputable originality, or at least some active participation to the elaboration of the spirit of the times.

Essays and exhibitions put emphasis on the work as being the invention of means, of “how to do”, material or immaterial. They are also an attempt to render the interactions between the socio-political context, the various disciplines, the aesthetic Ideal, the artist’s experience and the work. This approach enables her to nuance, even condemn, the stereotyped ideas that stick to the “-isms” of art.

chargement...